Jean-Marie RODRIGUEZ

Il est toujours difficile de parler de soi, de son apprentissage de l’Aïkido, de son évolution, tout en restant objectif et synthétique. Mais l’exercice peut être intéressant quand il s’agit de rendre hommage à ceux et celles qui nous ont aidé à être ce que nous sommes aujourd’hui.

Ma découverte de l’Aïkido, mes premières émotions, mes premières « vibrations » mais aussi mes premières souffrances (sourire) je les dois à Roberto ARNULFO, car dès 1978 je foulais les tapis du club d’Aïkido de Saint-Maximin où enseignait ce grand pratiquant. Expert technique, alors disciple de TAMURA Senseï, passionnant et passionné il m’a permis « d’accrocher » cet art martial, de m’y sentir bien et de vouloir y progresser.

En 1981, je quittais mon village pour la capitale où je rencontrais Gérard BLAISE, élève d’IKISUTSHI Senseï, qu’il me fit rencontrer à plusieurs reprises. Avec Gérard, je découvrais une autre forme d’Aïkido, une autre pratique jusqu’en 1986.

De retour dans le sud, je repris les cours de Roberto ARNULFO et en 1989 il me permis de rencontrer NISHIO Senseï, et son approche toute particulière de l’Aïkido.

Après le départ de Roberto en 1991, c’est sous l’enseignement d’Alain PINET que je continuais d’évoluer dans ma pratique.

En 1999, devant arrêter l’Aïkido, Alain PINET me mis à la tête du club et je commençais l’enseignement, en devenant le professeur « officiel » du club de Saint-Maximin.

C’est en 2000 en m’inscrivant à l’école des cadres de la Ligue Côte d’Azur que j’ai rencontré Gilbert MAILLOT, qui enrichit mon approche pédagogique de l’Aïkido et que je suivis pendant une douzaine d’année, jusqu’à sa brutale disparition.

Mais en parallèle depuis 2005 je continue de rencontrer d’autres maîtres et grands pratiquants, Japonais ou Français, qui me permettent de continuer d’enrichir ma pratique et mon enseignement (notamment YAMASHIMA Senseï, YOSHIDA Senseï, Alain GUERRIER, Jean-Michel BOVIO… et bien entendu toujours Roberto ARNULFO…) et d’aller à la rencontre d’autres clubs, d’autres enseignants pour parfaire mon approche de l’Aïkido.

Aujourd’hui, au sein de mon club, j’ai la chance d’avoir à mes cotés un professeur diplômé d’état :
Richard qui depuis 2010 nous fait la joie et le plaisir de partager ses connaissances de la forme NISHIO Senseï et son enseignement du sabre puisque Richard est 3ème dan « Toho Iaido ».

Sans oublier enfin tous mes élèves qui me suivent et m’accompagnent depuis toutes ces années et grâce à qui la joie et le plaisir de l’enseignement et de la pratique de l’Aïkido sont toujours intacts.

 

Richard PRALUS

J’ai commencé par le GUSHINDO (karaté traditionnel) en 1987 à l’âge de 17 ans avec un professeur aixois, qui pour des raisons professionnelles a du arrêter.

Il a donc fallu trouver une pratique : j’ai donc commencé en avril 1989 l’Aïkido avec deux camarades du Gushindo avec Philippe DEHAIS à Aix-en-Provence, professeur qui m’a donné envie à l’époque, par la martialité de sa pratique (un des deux camarades avait pris l’option aikido à la faculté et avait aimé).
J’ai pratiqué huit ans chez lui avant de partir pour des divergences d’opinion. Je lui dois d’avoir rencontrer Jean-Michel BOVIO et Thierry DAQUIN d’Annecy, professeurs et amis ainsi que plusieurs élèves devenus professeurs depuis et amis. J’essaye d’y aller régulièrement (plusieurs fois par an) pour me nourrir du travail de Maître NISHIO dont ils sont les spécialistes français.

Ensuite, j’ai pratiqué avec divers professeurs au travers de mes mutations professionnelles sur Aix-en-Provence, Marseille, Paris et de mes déplacements : je ne fais pas la liste mais je me suis enrichi de leur pratique et notamment José LARONCELLE (La Courneuve de 2005 à 2009) et mon cher Jean-Marie RODRIGUEZ depuis 2010.

Concernant ma pratique et mes diplômes, j’ai passé le brevet fédéral en 2003 avec la ligue Côte d’Azur (de 2001 à 2003) et le brevet d’Etat la même année. J’ai passé le 1er dan en 1990 au CEAB, hors fédération, il a donc fallu que je représente le 1er dan fédéral en 2000. J’ai actuellement le 4ème DAN, obtenu en février 2013.

Parallèlement et en complémentarité de ma pratique, je pratique le Iaido que Maître NISHIO a développé tout au long de sa vie, sans s’attacher au grade qui n’ai pas une fin en soi, j’ai le 3ème dan dans cette discipline… et encore beaucoup de chemin à parcourir.

Le marquant de ma carrière en Aïkido a été la rencontre en 1992 avec Maître NISHIO, période d’incertitude dans ma pratique et qui m’a donné envie de continuer et de pratiquer : j’ai été marqué par sa gentillesse et son niveau de pratique aussi bien à main nue qu’aux armes. Le fait pour lui également d’intégrer les atemis, de façon subtile et contrôlé (il a pratiqué le karaté à haut niveau) n’a fait que me conforter dans la pratique de son style.
Il faut dire que j’ai pratiqué le Karaté (même si je ne me suis arrêté qu’au 1er dan pour les grades) et je continue plus modestement maintenant (on ne peut pas tout faire). Là aussi je dois parler de mon club d’Aix-en-Provence dans cette discipline : l’A.U.C KARATE avec les professeurs et amis avec qui je lie une amitié et une pratique depuis 1997 : je peux citer le professeur en titre Jacques GRIMALDI (que je remercie énormément pour sa gentillesse et son apprentissage), RAHZAFFIMANDRANTO (excuse-moi si j’écorche ton nom) dit RAFFY et mon cher Philippe HONNORE dit Philou.

A la mort de Maître NISHIO et même quelques années avant, c’est Maître YOSHIDA qui a repris en France la suite du style de Maître NISHIO. J’ai retrouvé le même plaisir de pratique et d’enrichissement que j’essaye de suivre à mon petit niveau.